Archives pour la catégorie La victoire du PAM aux communales marocaines de 2009

VENI, VIDI, VICI : LA VICTOIRE DU PARTI AUTHENTICITÉ ET MODERNITÉ AUX ÉLECTIONS COMMUNALES MAROCAINES DE 2009

Bahia El Oddi et Romain Ferrali,
en collaboration avec Youssef Benkirane

Résumé

Le PAM, couronnement d’une structuration progressive, regroupe trois profils idéaltypiques au sein d’une structure autoritaire. Cette structure permet la domination de deux d’entre eux, les « gauchistes » et les « démocrates makhzéniens » sur le troisième, les « politiques ». La composition du parti, combinée à son discours, en correspondance totale avec l’agenda monarchique, montre que le PAM est un parti makhzénien, qui regroupe tout ce que l’élite politique marocaine compte de monarchiste. Le PAM est donc un « parti faire-valoir », sa proximité d’avec le palais apparaissant à ses membres comme le moyen de saisir la reconnaissance et les faveurs du pouvoir, ainsi que de défendre leurs intérêts économiques. D’autre part, le PAM parvient très vite à dominer le champ partisan. Son succès se fait aux dépens des vieux partis makhzéniens (MP, RNI) et fragilise la majorité. Ennemi des partis, il part seul à la conquête du pouvoir. Enfin, son succès électoral, certain, est la résultante de facteurs très classiques : parti rural, le PAM est fortement avantagé par le mode de scrutin. Avec le soutien constant de l’appareil administratif et des méthodes de campagne modernes, il fait de sa proximité avec le Palais un élément central de sa campagne. Ceci séduit l’électeur rationnel qui, dans le cadre de la monarchie exécutive, vote pour le parti qui est le plus capable d’influer sur l’action publique. Lire la suite