LES ÉLECTIONS DE 2009 AU KOWEÏT : QUATRE FEMMES SOUS LE DÔME DU PARLEMENT

Mérina Aït-Abbas et Mansour Almarzoqi Albogami

Résumé

Procédant à l’analyse des dernières élections législatives koweïtiennes de mai 2009, nous avons focalisé notre réflexion sur l’un des résultats les plus marquants de ce scrutin: l’élection, pour la première fois et avec une large avance, de quatre femmes au Majlis al Oumma. Ce fait historique a créé la surprise, aussi bien chez les observateurs de la vie politique dans le Golfe que chez les féministes koweïtiennes.

En effet, la question des droits politiques des femmes était un thème récurrent du débat politique koweïtien depuis la guerre du Golfe de 1990-1991. Ce n’est qu’en mai 2005 que le parlement adopta un amendement constitutionnel attribuant aux femmes le droit de vote et de candidature aux élections nationales et locales. Le gouvernement, et donc la famille régnante al-Sabâh, a encouragé sinon impulsé cette révision constitutionnelle. Pour autant, il ne s’agit pas d’un succès politique des féministes mais d’un changement juridique résultant de la volonté de la monarchie. De fait, au cours des deux scrutins législatifs organisés en 2006 et en 2008, aucune femme n’a réussi à se faire élire.

Ce sont les dernières élections de mai 2009 qui ont consacré la première victoire politique des femmes. Quatre d’entre elles ont été élues au Parlement, dont deux sont arrivées en première et deuxième positions dans leur circonscription. Les quatre femmes désormais installées sous le dôme du parlement koweïtien ont en commun la possession d’un capital culturel important et un engagement féministe.

Notre démarche a consisté à analyser le contexte dans lequel s’inscrit cette victoire sans précédent, pour mettre au jour les possibles causes de la réussite de ces quatre entrepreneuses politiques.

Pour notre enquête nous avons bénéficié de contacts dans la presse koweïtienne. Malgré nos tentatives et pour des raisons tenant aux délais, nous n’avons pu obtenir d’entretien avec les députées.

Abstract

In our attempt to analyse the results of the last legislative elections in may 2009, we have focused  on one of its intriguing aspects: the arrival of woman to the Parliament. Indeed, the question of woman’s political rights has been a reoccurring theme in political debates since the second gulf war in 1990-91. It wasn’t until may 2005 that women were able to fully exercise their political rights, when the Parliament passed the amendment of the law of elections.

Nonetheless, women weren’t able to gain enough votes to enter the Parliament in the two elections that were held in 2006 and 2008. Only in 2009 that four women succeeded to sit next to their fellow male deputies in the Kuwaiti Parliament. This article proposes to trace the context in which the question of women’s political rights was treated as well as to analyse the factors that played in favour of their  historic success.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s