Archives mensuelles : septembre 2009

ACCUEIL DE RÉFUGIÉS IRAKIENS EN FRANCE : ATTENTION À « NE PAS CRÉER DE FAUX ESPOIRS » – Entretien avec Père Sabri Anar

Amira Souilem

 

Bernard Kouchner, Ministre des Affaires Etrangères, a émis le souhait, suite à un voyage en Irak en août dernier, de lancer un « plan d’accueil des ressortissants irakiens de confession chrétienne ». Le Père Sabri Anar, curé de la paroisse chaldéenne St Thomas de Sarcelles réagit.

CONTRE LA LUTTE IDENTITAIRE – Entretien avec Georges Corm (extrait de Tingis)

Sélim Smaoui

Avant-propos

L’entretien suivant est extrait de la revue Tingis, revue en ligne spécialisée dans l’étude du Moyen-Orient et du monde turco-iranien, publiée par des étudiants du Premier cycle Moyen-Orient Méditerranée de l’IEP de Paris à Menton.

La revue Tingis, lancée et dirigée par Sélim Smaoui en 2006-2007, étudiant au Premier cycle de Menton (actuellement en deuxième année du Master recherche Politique comparée, spécialité Monde musulman de l’IEP de Paris), se proposait de recueillir des entretiens avec des chercheurs, doctorants ou experts de la région et ainsi de présenter des synthèses à mi-chemin entre la vulgarisation et la recherche académique. Ayant été lancée dans le cadre d’un projet collectif de l’IEP de Paris, le départ à l’étranger de la majorité des étudiants impliqués y a mis fin prématurément. Lire la suite

LE TRIBUNAL SPÉCIAL POUR LE LIBAN, UNE JURIDICTION PÉNALE INTERNATIONALE ?

Youssef Benkirane

Le 14 février 2005, un attentat à la voiture piégée, commis en plein cœur de Beyrouth, tue l’ancien Premier ministre libanais, Rafiq Hariri, ainsi que vingt-deux autres personnes et fait des dizaines de blessés. Institué pour poursuivre les personnes responsables de cet « acte terroriste », ainsi que d’une série de plus de seize attentats connexes ayant été commis depuis le 1er octobre 2004 et ayant tué quatorze personnalités politiques libanaises, le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) est une juridiction d’un type nouveau difficile à qualifier. « De caractère international », conformément à la formule du Premier ministre libanais Fouad Siniora, cette juridiction, qui est entrée en fonction le 1er mars 2009, ne s’inscrit cependant pas dans le cadre habituel de la justice pénale internationale.

Le TSL fait partie des juridictions dites « internationalisées », « hybrides » ou encore « mixtes » qui relèvent d’une nouvelle approche de la justice pénale internationale. Ce type de tribunaux ont pour particularité d’être « mi-internes, mi-internationaux » au regard à la fois du droit qu’ils appliquent et de leur composition. Les tribunaux strictement internationaux sont créés par un instrument international, leur composition est plurinationale, ils appliquent le droit international et leurs décisions s’appliquent immédiatement sans nul recours à l’ordre juridique interne. En revanche, les tribunaux mixtes répondent en partie seulement à ces critères et dans des proportions variables. Par leur nature même, les tribunaux spéciaux peuvent être très divers et constituent chacun une expérience originale. Du Cambodge au Liban en passant par la Sierra Leone, le Kosovo et le Timor Oriental, les juridictions spéciales internationalisées recouvrent des réalités très différentes. Le TSL, bien que faisant partie de cette catégorie de juridictions, n’en reste pas moins un organe tout à fait original quant aux modalités de son institution et au dosage d’interne et d’international qu’il propose. Lire la suite

L’ÉCOLE IRAKIENNE DE PARIS, ENTRE NOSTALGIE ET ESPOIRS

Amira Souilem

 

Qu’ils aient 3 ou 18 ans, ils se lèvent d’une traite à l’entrée de M. Hamoodi dans leur salle de classe. A son « assalâmo `alaykom ! » ils répondent en coeur « wa `alaykom assalâm ! ». Les élèves attendent que le Directeur les invite à se rasseoir pour le faire. Les professeurs, eux, profitent du passage de M. Hamoodi dans leur classe, pour le rassurer sur le niveau des élèves. « Ils sont très bons », lance un professeur de français au sujet de sa classe de primaire. « Récite ta leçon à M. le Directeur ! » ordonne un professeur d’histoire à une de ses élèves de collège. « Nous sommes la meilleure école arabe de Paris » ajoute M. Hamoodi fièrement, en référence aux écoles algérienne, libyenne et saoudienne de la capitale. (…)