Archives mensuelles : juillet 2009

FILMER LE MUR ISRAÉLO-PALESTINIEN

Marie Alix Prat,
rédaction supervisée par Marc Germanangue

 

Le mur israélo-palestinien est le fruit d’un conflit historique, dont le monde entier suit les évolutions, mais aussi d’une crise profonde des sociétés israélienne et palestinienne. C’est pourquoi montrer le conflit est devenu un enjeu crucial. A l’heure de la « guerre des Images », les effigies du mur jouent comme un catalyseur qui met en cause le conflit lui-même. Ainsi, des cinéastes ont décidé de le filmer pour dépeindre la réalité du mur et donc du conflit, pour montrer, témoigner et démontrer. Tous les films tournés dans cette région, même ceux qui se veulent apolitiques, parlent, en choisissant ce décor, de la situation politique et donc de la séparation opérée par le mur.

Ainsi, le regard que les populations portent sur le mur est étroitement lié à celui qu’ils portent sur le conflit. Il est le fruit d’une culture, d’une éducation. Alors comment le cinéma, qu’il soit israélien ou palestinien, montre-t-il le mur ? Comment peut-on traiter d’un sujet si délicat, qui appelle à la prise de position, à travers un instrument qui est avant tout technique ? Comment la manière de filmer le mur rend-t-elle compte d’une réalité qui est subjective et donc contradictoire, tout en étant fondée sur un fait, le mur, qui est lui objectif ? La manière d’appréhender le mur étant issue de tout un terreau historique, culturel et social, elle est fondamentalement liée à l’issue que l’on recherche pour le conflit. Si le cinéma montre la séparation opérée par le mur entre les deux peuples, mais aussi la scission du peuple palestinien, il illustre plus encore l’enfermement des deux pays dans une logique de défiance, que le mur révèle tel un miroir. (…)