ENTRE LES RÉGIMES ET LA SUPERPUISSANCE : LES STRATÉGIES DES ACTEURS NON-ÉTATIQUES EN ARABIE SAOUDITE, EN EGYPTE ET EN SYRIE APRÈS L’INTERVENTION AMÉRICAINE EN IRAK

Yasmine Farouk

Résumé

Bien que dans le monde arabe les réseaux religieux continuent à disposer des plus grands réservoirs de mobilisation sociale, ils ne représentent plus l’unique espace d’action et surtout de contestation des régimes notamment à partir de 2001. La promotion des acteurs « séculaires » au sein des sociétés civiles arabes a porté un intérêt particulier pour l’administration Bush. La politique américaine au Moyen-Orient, dans le prolongement de l’intervention en Irak, a consisté à promouvoir la liberté, la démocratie et les droits de l’homme et à encourager la mobilisation des acteurs de la société civile.

L’analyse de la mobilisation des acteurs sociétaux révèle différentes stratégies d’appropriation des projets américains. Bien que l’ensemble des acteurs non-étatiques se sont appuyés dans leur contestation des régimes sur les pressions américaines, le processus d’intériorisation et d’investissement national de ces pressions a suivi des trajectoires indépendantes qui ont souvent contrarié le plan initial de l’administration Bush.

Dans la limite du présent article, nous exposons les stratégies des acteurs non-étatiques dans trois Etats arabes pivots : l’Arabie Saoudite, l’Egypte et la Syrie. L’article s’appuie sur des notions et des concepts empruntés à la sociologie de la mobilisation ainsi que sur des données empiriques recueillies par l’auteur sur les trois terrains.

Abstract

Since 2001, American governmental and non-governmental democracy promotion projects provoked some active reactions from non-religious Arab civil society actors. Political developments in Iraq further encouraged these actors to seize the political impasse of their rulers. However, the organized mobilization of these actors testifies to more than just a response to American calls for freedom. The close observation of their mobilization from 2003, with a look back to 2001, reveals different appropriation strategies of the American project. While all actors relied on American pressure on Arab regimes, the internalization process of this external pressure followed independent domestic trajectories that sometimes contradicted American initial plans.

In this article, I expose the strategies of non-state actors and follow them in three of the region’s key state players: Egypt, Saudi Arabia and Syria. In doing so, I will rely on political sociology theories as well as on empirical data personally collected from the three fields. The article starts by presenting the immediate popular mobilization against the war with special emphasis on Arab transnational anti-war networks. I then expose what I call the second space of mobilization, that is the space of domestic civil societies. The article concludes with a brief evaluation of the impact of non-state actors mobilization since 2003.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s